Sakura Cardcaptor : l’amour sous toutes ses formes

Vous connaissez tous Sakura Cardcaptor, n’est-ce pas? Non? Le manga qui passait dans ma jeunesse sur M6? Non? Oui, là au fond, j’ai bien vu que vous connaissiez, mais ceux de devant non, alors pendant que j’explique vite fait à ceux qui connaissent pas, vous pouvez tricoter un slip kangourou à votre grand-père! =)

Sakura, c’est une petite fille de 12 ans qui découvre dans sa bibliothèque un livre un peu spécial contenant des cartes magiques qui décident de se faire la malle. Une peluche jaune, Kero, censé être le gardien des cartes, l’aide alors à capturer toutes les cartes, crées par un magicien très puissant. Différents personnages interviennent tout au long de cet anime dont Thomas/Toya le frère de Sakura qui possède quelques pouvoirs, Tiffany/Tomoyo la meilleure amie de Sakura, Matthieu/Yukito le meilleur ami de Thomas et dont Sakura est secrètement amoureux puis Lionel/Shaolan, adversaire pour la capture des cartes, puis ami, puis davantage et Stéphanie/Meiling, fiancée de celui-ci et jalouse notoire!^^

Sakura Cardcaptor Kerobero

Crée par le studio CLAMP, ce manga type Magical Girl, donc plutôt adressée aux jeunes filles, est assez réussi. Il faut avouer que le facteur « nostalgie » agit clairement aussi avec moi! Les dessins sont plutôt classiques mais très sympathiques et colorés. Un effort poussé a été porté aux différents costumes de Sakura qui sont un véritable florilège pour les yeux. Les cartes et leurs représentations physiques sont également pas mal du tout et donne au tout un aspect léger et esthétique.

costume Sakura card captor

Le ton de la série est clairement léger et reprend des thèmes typiques des Magical Girl. Si la trame des épisodes est souvent répétitives et sans trop de profondeur, le côté drôle de certaines scènes, le côté triste ou émouvant d’autres, confèrent au visionnage des épisodes une saveur magique. On regrettera tout de même la répétition des gags et des scènes. Mais on appréciera l’univers sympathique et les personnages attachants.

Je voulais surtout évoquer quelque chose qui m’a vraiment choqué (dans le bon sens du terme) en revisionnant ce manga (que je n’avais pas achevé à l’époque) : les relations amoureuses. Je n’avais pas remarqué à l’époque (car je pense que justement l’anime a pour but que cela soit naturel pour les personnes regardant Sakura) mais il y a différents types d’amour qui sont la plupart du temps tabou dans notre société, ici abordés facilement. Tout se passe de façon naturelle, sans stigmatisation.

Sakura par exemple est très amoureuse d’un adolescent en dernière année de Terminale, Matthieu/Yukito. Et elle n’est pas la seule. Lionel/Shaolan ressent aussi de l’attirance pour Matthieu.  C’est également le cas de Rika, une camarade de classe de Sakura, amoureuse de leur professeur qui ressemble un peu à son père. Cette différence d’âge se retrouve également entre la mère de Sakura qui avait 16 ans lorsqu’elle tomba amoureuse et sortit avec le père de Sakura, alors jeune professeur de 25 ans. Ce qui causa des dissenssions entre la famille de la mère de Sakura avec le père Dominique/Fujikita. Cette relation avec une différence d’âge est la seule réciproque. La bienséance est donc respectée. Mais le manga ne montre pas du doigt ces jeunes filles amoureuses d’hommes plus âgés. Il est naturel pour l’anime qu’elles ressentent leur premier émoi amoureux ainsi.

Sakura Card captor personnages

Un des atouts de la série pour moi et sa façon naturelle d’aborder l’amour entre personnes de même sexe. Ce n’est clairement pas tabou, cela paraît aussi normal dans l’anime que si c’était un amour entre personnes de sexe différente. Ainsi, une relation amoureuse se noue entre Matthieu/Yukito et Thomas/Toya. De même, il est à demi-mot visible que Tiffany/Tomoyo ait secrétement amoureuse de Sakura bien qu’elle ne lui avouera jamais clairement. Mais son obsession pour Sakura, son envie de la filmer, de la voir heureuse, de lui dire qu’elle aime quelqu’un mais qu’elle préfère savoir cette personne heureuse avec quelqu’un d’autre lui suffit etc. montre clairement qu’elle aime Sakura plus profondément qu’une meilleure amie. Lionel/Shaolan ressent également une attirance/amour pour Matthieu/Yukito. Et jamais l’anime n’en fait quelque chose de honteux, de tabou, d’anormal. Sakura Cardcaptor est à mes yeux plus efficace pour montrer aux enfants/jeunes adolescents que les relations homosexuelles sont aussi normales que les relations hétérosexuelles. Loin devant tous les livres qui traitent le sujet trop spécifiquement.

Sakura Cardcaptor Shaolan

La série est également un excellent moyen de montrer aux enfants une autre culture, en l’occurrence nippone et de montrer un partage des valeurs et de la culture avec d’autres à travers la curiosité de Sakura et Tiffany/Tomoyo pour leurs camarades chinois (Meiling et Shaolan) et pour Eriol, jeune anglais apparaissant plus tard dans l’anime. La culture japonaise est montré dans toutes ses traditions, croyances mais également son quotidien et apporte un côté féérique à l’anime par ses fleurs de cerisiers, ses temples, sa vision de la vie et ses jardins.

Je ne gâcherai pas les éventuels spoilers bien qu’ils soient très vite prévisible pendant la série. On pourra être parfois agacé du peu de discrétion, de la stupidité des personnages face à d’évidentes preuves ou à des répétitions scénaristiques pour empêcher les révélations de venir trop tôt!^^ Cela est assez frustrant mais au final, bien que l’anime soit réservé aux plus jeunes, il se regarde avec plaisir pour son côté léger, féérique, drôle, émouvant, ses personnages attachants et ses histoires d’amour certes mièvre, mais aussi adorable et qui possède la puissance de l’innocence et de l’amour entier donné par les jeunes adolescents qui sont dans leur premier émoi amoureux! Un retour de nostalgie qui me fut très agréable! =) Mais ne pas abusez de trop d’épisodes d’un coup!^^

Sakura Cardcaptor

« Release »

Publié dans Manga | Tagué , | 3 commentaires

Forum RP : place à l’imagination !!

Après vous avoir parlé du Jeu de Rôle, j’aimerais vous parler des forums RP qui font partie de mes passe-temps favoris! =) Qu’est-ce qu’un Forum Roleplay? Quelle différence avec le Jeu de Rôle papier? Tout d’abord, le forum Roleplay se passe uniquement sur internet. Difficile de faire autrement. Il peut se rapprocher fortement du Jeu de rôle IRL par beaucoup de règles, par le système de points, de jets de dés, par la présence d’un Master qui dirigera la partie et créera les événements. Mais la plupart s’éloigne de ce système pour aborder une autre facette du jeu de rôle.

Ici, vous créez un personnage (son physique, son caractère, son histoire, parfois ses pouvoirs) ou vous jouez un prédéfini (c’est-à-dire un personnage déjà créé par les administrateurs ou certains joueurs) en faisant une fiche. Les administrateurs vous valident et à vous le Roleplay!

Exemple de fiche de personnage sur Alohomora

Exemple de fiche de personnage sur Alohomora

Le but de ces forums est de permettre aux gens d’écrire, de jouer pleinement par écrit leur personnage dans un univers donné. Ainsi, à deux ou trois ou plus (mais ça devient compliqué avec plus de 4 personnes), vous décrivez les pensées, les actions, les paroles de votre personnage en réaction à une situation et aux Roleplay des autres joueurs. Plus de la moitié des Forums RP se passent sur des univers déjà existants (littérature, comics, manga, jeux vidéos, séries, TV…) mais quelques uns sont inventés (futuristes, uchronie, med-fan [médiéval-fantastique], etc.)

Top Site Alohomora

Un exemple de Top sites (référencement des forums RP) sur le thème d’Harry Potter

Comment se passe en gros un Roleplay? Vous demandez à quelqu’un ou quelqu’un vous demande de faire un RP, vous choisissez le lieu de l’action sur le forum et là, l’un de vous deux commence à écrire l’histoire en insérant le contexte, ses sentiments, ses paroles, ses pensées. La personne ou vous-même pouvez intégrer des PNJ que vous jouerez (mais il ne faut pas abuser de ce système!^^). En gros, voilà un exemple tiré de mon propre Roleplay avec mon personnage Severus Rogue jeune (de Harry Potter au cas où vous viviez sur une autre planète) que je joue avec une autre élève et Lily Evans (mère de Harry Potter) :

« Mardi 10 novembre
Severus marchait en direction de la salle de Défense contre les Forces du Mal, préoccupé. C’était un plan hasardeux, peu sûr, qui allait peut-être se retourner contre lui. Mais c’était une des seules chances qu’il avait. Il ne supportait vraiment plus que Lily l’ignore. Et puis, même si elle ne lui adressait qu’une parole impolie, son mépris serait toujours mieux que son indifférence. Il regrettait d’en arriver là, mais Lily refusait de lui adresser la parole même par hibou. Elle feignait son inexistence, lui qui avait toujours été là pour elle. Qui la chérissait plus que tout au monde. Alors, oui, il regrettait amèrement de faire une telle duperie, surtout à Lily, qui avait de fortes chances de ne pas s’y tromper.


*Mais elle ne me laisse pas le choix* « 

En général, on écrit les actions et la situation en italique et les pensées du personnage en couleur entre deux étoiles.

« Comme prévu, ils venaient de repérer Kasey. Ils l’interpellaient déjà.
« Hey ! Mais ne serait-ce pas une des Sang-de-Bourbe de l’école? Dumbledore est vraiment très généreux avec eux. Trop… Ils ne méritent pas de venir ici. C’est une école prestigieuse ! Ces Sang-de-Bourbe amoindrissent la réputation de l’école ! Tu ferais mieux de repartir Kasey ! On sait que tu es impu…. »
Severus sortit alors de son coin et leva sa baguette en direction du Serpentard.
« Silencio ! »
Aussitôt, le garçon ne put prononcer la fin de sa phrase. Aucun son ne sortait de sa bouche. « 

Ici, j’ai fait intervenir des PNJ dont les paroles sont symbolisés dans une autre couleur que la mienne (verte). Rien de bien compliqué comme vous le voyez. Il ne faut pas aller trop loin dans l’action, laissez la parole aux autres et ne pas décider à la place de leur personnage.

Gestion de personnages forum RPG

Exemple de lieu pour la gestion des personnages : relation, présentation, demande de roleplay sur le forum RPG Nox sur l’univers Harry Potter

Avantages et intérêts des forums RP :

  • Vaste choix des contextes et des univers
  • Jouer un personnage que l’on a crée de ses petites mimines ou qu’on aime beaucoup
  • Approfondir un personnage (chose difficile en JDR papier) en le faisant évoluer comme l’on veut et non comme les événements que le MJ nous impose nous façonnent
  • Lâcher la bride de son imagination et s’amuser à raconter une histoire à plusieurs
  • Laisser libre cours à son style, faire des recherches sur l’univers ou sur l’Histoire (certains forums ont un lien avec l’Histoire de notre monde)
  • Moins de contraintes qu’un JDR classique : pas besoin de trouver un créneau horaire pour réunir tout le monde. Il suffit de se connecter et de faire son RP et voilà!
  • Plus de possibilités de situations, de rencontres car il y a des dizaines et des dizaines de joueurs sur la plupart des forums RP
  • Rencontrer des gens, échanger sur l’univers et sur la vie IRL : une vraie communauté soudée et sympathique

Désavantages/inconvénients des forums RP :

  • On peut vite être débordé au niveau des réponses si on lance trop de RP avec plein de gens, que l’on crée plein de personnages : c’est chronophage!^^
  • Il y a moins d’aspect convivial et amusement que dans un JDR papier
  • Le temps de réponse des joueurs varient : cela peut aller d’une journée à plusieurs mois!^^
  • Il faut avoir internet réguliérement
  • Aimer l’écriture et ne pas écrire kom sa tu voi parck c pa lizible pour lé zotr
  • Les gens avec qui vous RP peuvent quitter le forum. C’est toujours un peu frustrant de ne pas finir un RP
  • Ne pas se lasser de son personnage au fil du temps!^^
  • La panne d’inspiration peut guetter parfois…

Pour ma part, je commence à avoir une bonne petite expérience en matière de forum RP. Après avoir commencé sur un forum inventé med-fan qui a fermé où j’incarnais une vampire qui aimait sa nature de prédatrice sexuelle et sangsuelle (ouh le jeu de mot pourri… >__<) et une humaine qui avait tué son mari par légitime défense, j’ai enchainé sur un forum de Marvel appelé « Civil War » où j’incarnais Jean Grey (aka Phénix), Red Richards (Mr Fantastic) et Jamie Madrox (Madrox tout simplement!^^). Lui aussi a fermé après quelques temps.

Grâce à mon chéri, j’ai eu la chance de tomber sur Alohomora, forum sur Harry Potter au temps des Maraudeurs (l’époque des parents d’Harry) où je suis Severus Rogue jeune, une professeur de Défense Contre les Forces du Mal et le Ministre de la Magie de l’époque. Je suis passée modératrice puis administratrice. J’ai vraiment trouvé mon bonheur sur ce forum. J’ai ensuite rejoint le forum Avengers qui ne me convint malheureusement pas puis celui où était déjà mon chéri, The Masquerade basé sur le Jeu de rôle papier immensément connu Vampire the Masquerade où je joue une magnifique vampire Lasombra, aimant le sang et le sexe et un Nosferatu, vampire laid très cultivé et humaniste et où je m’éclate!^^

Vampire the Masquerade forum RPG

Lieux divers pour faire les RP sur The Masquerade

Conseils aux débutants :

  • Trouver un univers que vous connaissez bien, que vous aimez depuis pas mal de temps (si possible pas mal d’années), qui soit riche et profond
  • Incarner un personnage qui ne soit pas trop difficile à jouer dans le contexte du forum. L’originalité est de mise pour vous distinguer un peu des autres mais il est difficile de jouer un tueur froid et sans cœur tout comme il est très chiant de jouer la fille pas super sympa mais qui en fait à un grand cœur ^^
  • Si vous avez du mal à créer un personnage, faîtes comme moi, prenez des prédéfinis, des personnages qui existent déjà dans l’univers. Le caractère, l’histoire, le physique, vous les connaitrez déjà. Il suffit de se sentir assez comédien pour incarner ce personnage que vous connaissez si bien et que vous aimez
  • Vérifiez l’activité du forum, s’il est tout jeune, voyez s’il y a déjà une quinzaine de personnes, des messages postés au moins une ou deux fois par jour.
  • Regardez le niveau d’écriture. La plupart des forums ne sont pas exigeants. Mais il arrive parfois que vous tombiez sur des forums où l’écriture est très littéraire, où les messages font 50 ou 60 lignes alors que les autres font 15. La plupart des gens écrivent 25 lignes, 30 lignes.
  • Respectez les codes d’écritures du forum. La plupart du temps, les actions sont en italique, les pensées entre deux *  *  et les paroles entre  »   » ou après un -. N’hésitez pas à mettre une couleur unique pour vos paroles. Cela permet aux autres de mieux repérer ce à quoi ils doivent répondre lors de leur RP.
  • Lorsque vous ferez un deuxième personnage (double-compte), choisissez un personnage totalement différent du premier, si possible dans une autre faction. Cela vous permettra d’alterner entre les personnalités pour éviter la monotonie. De plus, vous serez confrontés à d’autres joueurs, à d’autres situations.
  • Respectez le joueur avec qui vous RP. Respectez ses actions, ses paroles, son personnage (interdiction de le tuer ou de le blesser gravement sans son consentement!^^)
  • Si vous avez des pouvoirs, ne faites pas le grobill (personnage qui cherche à tout prix à montrer sa puissance, à écraser les autres, à en acquérir encore plus). J’ai joué Jean Grey alias le Phénix, créature cosmique qui peut détruire des systèmes entiers. Mais ce qui m’intéressait le plus dans ce personnage, c’était justement Jean qui contenait cette puissance, en évitant que l’entité cosmique en elle ne reprenne le dessus et détruise ceux qu’elle aime. Ce personnage est fragile, instable et profondément altruiste. Et c’est plus intéressant que de la jouer façon « je vous bute tous, d’accord? »

Pour finir, j’indiquerai que c’est vraiment une source de plaisir, c’est accessible à tous, cela permet de rencontrer des gens, de développer son imaginaire et son talent d’écriture et de vivre le temps d’un RP dans la peau de quelqu’un de différent de soi. Je regrette juste de ne pas trouver de forum Marvel à la hauteur de ce que j’attends (sauf un, mais lui, c’est moi qui ne suis pas à la hauteur vu la taille des RP et le talent stylistique des joueurs!^^). Difficile de trouver un bon contexte ET un forum où les gens ne font pas trop de personnages inventés alors que l’univers Marvel fourmille de personnages passionnants à incarner. Forcément, quand tu es Jean Grey et que tu n’as aucun X-men avec qui interagir, cela devient difficile d’interpréter ton personnage!^^

Le principal, c’est de bien choisir l’univers, qu’il est un bon contexte, de l’activité et que vous interprétiez un personnage original! 😉 Enjoy!

Publié dans Jeu de rôle | Tagué , | 2 commentaires

Hellboy 2 : un autre bijou de Guillermo Del Toro

Ce deuxième opus est à la fois plus spectaculaire et plus profond que le premier film…
Les décors somptueux, les costumes, l’esthétique de nombreuses scènes, les mouvements de caméras, les couleurs et les ambiances, tout est fait pour le plaisir des yeux des spectateurs… On nous en donne encore et encore! Sans compter la sublime histoire raconté par le père d’Hellboy! Les différents races sont représentés de manière simple mais efficace, tout en bois ou en fer, et leurs guerres semblent aussi vaines et sans raison que terribles, sanglantes et sans issue favorable…

Le côté spectaculaire vient également des différents  »monstres » rencontrés tout le long du film. Certains sont visibles au premier plan comme Nuada, le Chamberlain, Wink ou encore l’Ange de la mort mais ceux des seconds plans sont tout autant soignés. La scène du marché Troll, par exemple rappelle sans conteste certaines scènes des premiers Star Wars, où on a vraiment l’impression que ces créatures existent car elles sont très travaillés, les personnages évoluent au milieu naturellement et la caméra ne s’attarde jamais sur elles.

Mais le côté spectaculaire vient avant tout des combats notamment ceux avec le prince Nuada. Rares sont les combats devant lesquels je me suis émerveillée et encore plus rare ceux qui m’ont fait pleurer de bonheur! La scène où le prince Nuada s’explique avec son père est d’un esthétisme et d’une rapidité rarement égalée et où on peut rajouter une lisibilité de l’action (de même pour tous les autres combats du film) et une technique de combat maitrisée. Il se retrouve également au prise de centaines de petits monstres carnivores ou encore une armée mécanique.

Et quand Hellboy ne se bat pas avec un prince douée comme un dieu pour le combat ou ne croule pas sous le nombre d’ennemis sournois ou indestructibles, il affronte un dieu sylvestre de toute beauté qui le confrontera à une réflexion et à un choix des plus difficiles. Épique, vous avez dit épique?

Hellboy et son équipe

Hellboy et son équipe

Si Guillermo Del Toro assure le spectacle côté visuel, il n’en laisse pas le côté émotion, profondeur et évolution des personnages de côté….
Entre Abe et son amour naissant, Liz confronté à l’avenir, un nouvel arrivé qui perturbe le joyeux chaos de l’équipe par ses règles et son protocole, et surtout Hellboy qui est tiraillé entre son amour pour les humains, l’envie d’être respecté et aimé par eux, ses conflits sentimentaux avec Liz, l’acceptation de sa nature, autant dire que les personnages sont travaillés et chacun a ses propres intérêts, ses propres questionnements et ses propres désirs.

Chacun d’entre eux est confronté à un moment ou à un autre entre la survie de l’humanité et la perte d’un amour proche dans le cas de Liz et Abe, et entre la survie de l’humanité et la survie du peuple auquel il appartient pour Hellboy. Car ici, l’adversaire se contente de vouloir sauver son peuple, d’une richesse et d’un apport pour la nature et le monde plus important que celui du peuple humain. Il fait ce que 99% des héros humains font pour sauver la race humaine. Son action est justifié et même Hellboy lui vient en aide et l’écoute.

Le réalisateur mexicain en profites pour montrer le meurtre de la nature par l’homme. Une nature impitoyable, indomptable mais source de vie, belle et fascinante. Cette idée se voit notamment à travers la mort du dieu sylvestre ou encore à travers la scène où Nuada tente de lever son peuple contre la domination des humains,  »avides »,  »jamais satisfait ». On montre le peuple des elfes respectueux de leur pacte, mais reclus dans une usine désaffecté. Des feuilles tombent du plafond en continu rappelant la nature, la forêt mais les couleurs, dorés, rouges et brunes prédominantes dans cette scène rappelle une nature qui se meurt, qui arrive à son automne… Le tout renforcé par le peuple elfe rassemblés comme dans des enclos.

L’humour n’est pas en reste dans le film, continuant dans la lancée du premier film. Cela va du rire attendri et complice lorsque Hellboy et Abe entonnent une chanson d’amour complétement saouls à l’explosion de rire face au bébé-tumeur. L’émotion est parfois admirablement restranscrite comme dans cette scène où Hellboy apprend ce qui tracasse Liz et où l’émotion, le lien qui les unit est montré à travers des fondus très lents des bustes des personnages, où ils ne font quasiment plus qu’un et où il semble seul face au bonheur de cette nouvelle.

Les acteurs et les effets spéciaux sont impeccables. La réalisation est parfaite, fluide et le découpage des scènes n’est pas sans rappeler celui des comics. Seul petit regret, c’est trop court, on en veut toujours plus, j’aurais aimé que cela soit moins rapide, que les choses soient plus approfondies. Monsieur Del Toro, je suis humaine, je suis avide et jamais satisfaite de votre art! On rit, on est ému, on réfléchit, on frissonne, on est ébloui, on est suspendu, le souffle coupé… On peut faire mieux? A Guillermo de nous prouver que oui, dans le prochain opus, que j’attends avec impatience!

Publié dans Cinéma, Comics | Tagué , | 2 commentaires

Shiki : les vampires sont dans la place!

Ah les vampires! Vraiment une des créatures qui me fascinent le plus. D’autant que les versions changent d’une œuvre à l’autre. Des lampadaires végétariens de Twilight aux monstres sanguinaires de Vampires de Carpenter en passant par les vampires torturés de Anne Rice sans oublier les manipulateurs de La Mascarade le jeu de rôle, il y en a pour tous les goûts! On ne compte plus le nombre d’œuvres littéraires (Dracula de Bram Stocker, True Blood …), de séries (Buffy contre les vampires, Vampire Diaries …), de jeu de rôle (Vampire La Mascarade), de films (Blade, Underworld, Thirst …), de mangas (Hellsing…), de comics reprenant le mythe. Certes, je suis loin d’avoir fait le tour des œuvres parlant de nos amis à la dent longue, mais aujourd’hui, je vais vous parler d’un anime (à la base manga papier) reprenant les légendes sur les vampires : les Shiki c’est-à-dire les poupées ressuscités.

un Shiki

L’histoire se déroule dans un village de 1300 habitants (avec quand même un hôpital, un temple et de nombreux magasins), vraiment paumé au milieu de nulle part, entouré d’une immense forêt. Les traditions sont très implantés dans le village. Comme tous les villages, certains jeunes rêvent d’habiter en ville comme Megumi ou Natsuno, les personnes âgées parlent sur des bancs, certains reprennent le métier de leur parent et les remplacent une fois le moment venu afin de sauver le village. En effet, les jeunes ont plus tendance à s’en aller du village qu’à y venir. Un village perd de sa vie si certains métiers ne sont pas présents. Cela peut vous sembler barbant mais cela participe aux motivations de certains personnages donc c’est important! :p Enfin bref, un village tout ce qu’il y a de plus banal…

Enfin jusqu’à l’arrivée d’une famille qui emménage dans le château du village en pleine nuit. Une arrivée mystérieuse qui va coïncider avec une épidémie de morts et de déménagements soudain en pleine nuit. Le village va peu à peu perdre ses habitants de façon croissante sans pouvoir enrayer le problème ni savoir d’où vient la source de tant de malheurs. L’hôpital est surchargé de travail, le personnel surmené, le temple n’en finit plus de faire des enterrements, les gens malades se comportent de façon bizarre avant de mourir peu de jours après. Une ambiance glauque, pessimiste, macabre s’installe dans le village. Pourtant, les villageois restent léthargiques face aux problèmes. Maintenant, abordons quelques personnages importants et intéressants de l’histoire.

Toshio, le médecin blasé : froid, déterminé, prêt à tout pour sauver le village, c’est probablement le personnage qui m’a le plus plu. Alors qu’il cherche à tout prix une cause rationnelle à toute ces morts, il fera partie des premiers à se rendre compte du phénomène paranormal et se heurtera à la rationalité et à la non-clairvoyance des villageois. Il sera le plus malmené et aura selon certains une force de caractère incroyable, selon d’autres personnes une transgression effroyable de la moralité.

Toshio

Natsuno, l’adolescent détaché : rêvant de pouvoir retourner à la ville et ayant fraîchement emménagé dans le village (depuis un an), il évite de lier contact avec les habitants du village. Il ne veut que rien ne le retienne dans ce village quand il partira. Malgré lui, il développera quelques amitiés qui auront une grande influence sur sa vie.

Megumi, l’adolescente qui rêvait d’une autre vie : parmi les premières victimes des Shikis, Megumi rêve d’aller vivre dans une autre ville. Amoureuse de Natsuno, elle n’arrive pourtant pas à se faire remarquer. Elle fera partie des Shikis les plus convaincus de l’aspect favorable de sa condition.

Natsuno et Megumi

Sunako Kirishiki, la petite fille philosophe : poupée ressuscité, habitante du château, elle a une réflexion très intéressante sur sa condition et se liera d’amitié avec le moine du temple Sheishin. Elle est prête à tout pour survivre et apparaît attachante et nous donne un autre point de vue sur l’anime et sur ces Shikis.

Sunako Kirishiki

Sheishin, le moine qui jouait avec le diable : avec un passé difficile, ce personnage est intéressant et assez central dans l’histoire de par son vécu, sa façon de penser qui diffère de celle de Toshio. Il sera séduit par l’intellect de la petite Sunako.

Seishin et Sunako

Il y a encore de nombreux autres personnages intéressants notamment Tatsumi, le shiki un peu spécial (bon, je spoile pas en disant que c’est un « jinrou » XD) ou encore Toru, l’ami de Natsuno.

J’aimerais maintenant aborder les aspects artistiques de l’anime : l’ambiance musicale est très bonne, instaurant une ambiance un peu mystérieuse. On retiendra surtout cette musique qui revient très souvent :

Graphiquement, j’ai pour ma part beaucoup apprécié le dessin. L’animation est parfois lente, saccadée, renvoyant au côté macabre de la série mais également à l’inaction des villageois. Cela instaure un véritable aspect surnaturel notamment aux Shikis. Les coupes de cheveux sont assez statiques et étranges mais cela donne un côté un peu excentrique assez sympathique. L’ambiance est assez effrayante! L’hémoglobine vole pas mal et il faut ne pas être effrayé par la violence des images quelques fois ou la moralité de certains personnages!^^

L’intrigue est parfois assez incohérente notamment au niveau des villageois qui passe trois quart de l’anime à ne rien faire, à ne pas s’inquiéter face au nombre effarant de gens qui démissionnent, tombent malade, meurent et ceux qui déménagent, même face à des preuves. Même avec les habitants les plus rationnels au monde, ils auraient finis par bouger plus vite que ces villageois!^^ L’intrigue est souvent assez prévisible mais comporte de nombreux moments de doute, d’espoir, de tristesse, d’angoisse, de frayeur assez sympathique qui font de cet anime, un excellent anime sur le sujet.

Shiki

[SPOILER (pas trop important mais quand même… si vous ne voulez pas savoir tout sur ses Shikis, c’est le moment d’arrêter de lire]Certains aspects des Shikis sont similaires aux légendes européennes : le Shiki ne peut pas entrer sans permission dans une maison, est repoussée par la foi, dort la journée, brûle au soleil, meurt d’un pieu dans le cœur, régénère quand il est blessé, boit du sang pour survivre. Mais lorsqu’ils mordent et boivent le sang, ils tuent à long terme leurs victimes. Seulement, de façon aléatoire, certains ressuscitent et d’autres non. Et c’est là que les Jinrou interviennent. Ces loup-garous sont comme les Shikis et naissent d’eux sauf qu’ils peuvent vivre au soleil, sont plus forts quand ils boivent du sang humain mais peuvent se contrôler sur leur soif malgré que cela signifie qu’ils sont plus faibles physiquement par conséquent.

Sunako et Seishin apporte une autre vision des Shikis que celle de Toshio et de Natsuno. Alors que ceux-ci voient d’avance l’éradication du village à cause de cette vague de mort du à ces monstres qui tuent leurs propres proches, Sunako décrit sa race comme une espèce obligé de se nourrir des humains. Ils n’ont pas le choix. Soit ils meurent de soif/faim soit ils tuent. Quand ils s’approchent de quelqu’un, ils leur faut une grande force intérieure pour ne pas le mordre. C’est comme si un démon, une bête habité leur corps. Hormis cela, ils restent très humains, se souvenant de leur passé, cherchant à mordre leurs proches pour qu’ils ne se sentent plus seuls, pour être de nouveau avec leur famille. Ils ressentent la douleur, la tristesse, la joie, la culpabilité. Certains Shikis parviennent à contrôler leur soif, cherchent à ne pas faire de mal mais très peu y arrivent.[/SPOILER]

Shiki

De nombreux thèmes sont abordés comme la réaction face à la mort, face à l’horreur. La question de la religion est intéressante. La moralité intervient également énormément dans cet anime. Chaque personnage a ses propres motivations et des réactions très différentes ce qui rend l’anime passionnant et à la fois triste. En bref, un anime que je conseille vivement! =) Le manga papier fait 11 tomes et l’anime 24 épisodes! N’hésitez pas! 😉

Publié dans Manga | Tagué , , | 2 commentaires

The Amazing Spider-Man… Pas si Amazing que ça… Mais sympa quand même.

Ouille Ouille Ouille… Voilà que je laisse de nouveau mon petit blog en friche… Encore… La faute à un MMO, à mes RP sur mes forums, l’avancée de la création d’un site, à un projet de créer en miniature sur Minecraft, le monde du Seigneur des Anneaux… Et pendant ce temps-là, je regarde des mangas, des films et je ne vous en fait même pas la critique! Quelle vilaine! C’est pas de tout repos les vacances! Mais cela fait un bien fou après une année de folie terrible comparable à la traversée de Frodon dans le Mordor… Toujours est-il qu’il faut que je m’y remette! Tiens, allez, je reboote le blog…Euh non, je ne vais pas faire comme Sony, je vais plutôt continuer sur la lancée!^^ Prêt pour la critique du reboot de Spiderman? Non? Tant pis!^^ Raccrochez vous au fil! =D

Amazing Spider-Man

Mais qu’est-ce qu’il leur a pris à Sony de faire le reboot d’une trilogie qui avait très bien marché avec des vrais morceaux de bonheur pour les néophytes comme les fans de comics? Le fric? Une mauvaise entente avec Sam Raimi, le papa de la première trilogie? Toujours est-il que recommencer des films qui avaient bien marchés si peu de temps après, c’était tendre le bâton pour se faire battre. Et cela n’a pas manqué. Mais ce n’est pas mon cas ici. A la recherche d’une sensation similaire à The Avengers, à la recherche d’un film de super-héros (avouez que Batman ne boxe pas du tout dans la même catégorie que ces deux films… on se rapproche plus du thriller ou du drame que du film de super-héros en collant), je me suis volontiers intéressée à ce film. Comme d’habitude, bien que je sois une passionnée ou justement parce que je le suis, je ne regarde que une ou deux bandes-annonces des films sinon j’ai l’impression de me gâcher la moitié des films. Donc je vais à la séance, presque vierge (hum hum…) et essayant de faire l’impasse sur les films précédents!

Et là, bien que je trouve cela lisse, je ne m’ennuie pas mais ne trouve pas cela non plus sensationnel. Pour ma part, et je ne le dirais qu’une fois, l’avis ici présent ne concerne que moi et est subjectif. Apparemment, ce film a beaucoup divisé!^^ Notamment chez mes amis fan de comics! 😉 Alors, en ce qui concerne l’intrigue tout d’abord, on a ici, rien que du très classique. Le savant qui pour apporter des progrès à l’humanité va aller un peu trop loin. Les origines de Spidey, classique. Forcément. On ne peut pas être super original sur cela. Les méchants de Spidey sont régulièrement des scientifiques qui tournent mal (Doc Octopus, Le lézard…) ou des hommes qui subissent un mauvais effet d’une expérience (l’Homme-sable, Bouffon Vert). Le petit plus, ici, par rapport aux précédents films concernent l’histoire des parents de Spidey qui est davantage exploité. Mais ne vous précipitez pas au ciné en croyant tout connaître de ses parents dans ce film. Apparemment, Sony fait durer le plaisir et a demandé à ce que le scénario laisse son aura de mystère pour les prochains films.

Oncle Ben, Tante May et Peter Parker

Peter, un ado tout ce qu’il y a de plus normal avec sa quête de l’identité, ses problèmes familiaux, ses peines de cœur, sa solitude…

Concernant Spider-Man en lui-même, Andrew Garfield incarne parfaitement le rôle de Peter Parker, un peu moins celui de Spider-Man alors que Tobey, c’était l’inverse. Comment cela me direz vous? Eh bien, j’ai toujours trouvé que quand Peter incarnait Spidey, dans les comics, il était plus drôle, plus fun, plus assuré que quand il était sans son costume. Bien que dans la saga de Raimi, Spidey soit loin d’être drôle, ici, l’humour tombe à l’eau, n’est pas drôle… C’est même presque pathétique la plupart du temps. Un point à vraiment revoir pour la suite. Par contre, niveau Peter, Andrew incarne vraiment bien celui de Ultimate Spider-Man. Le côté ado, recherche de l’identité, des origines, rébellion et indépendance vis-à-vis des parents, premiers amours, dure loi du lycée etc. beaucoup de thèmes y passent.

Côté perso secondaire, on note évidemment l’absence de J.J. Jameson malgré la présence du Daily Bugle, de Harry et Norman Osborn (bien que Norman soit largement évoqué ici) et de Mary Jane. Je trouve cela logique. Déjà que ce reboot allait forcément retomber dans les redites, si en plus, y a les mêmes persos que dans le 1, bonjour l’ennui!^^ Personnellement, j’aime beaucoup l’oncle Ben qui a su montrer à la fois le côté moral/imposé des limites à un ado et le côté affectueux et complice qui sont deux des facettes d’un père aimant et éduquant. Gwen est loin d’être mon personnage préféré mais j’ai aimé qu’on en fasse une fille intelligente (bien qu’on sache qu’elle le soit, elle n’étale pas vraiment sa science, c’est dommage) et j’ai apprécié sa profondeur, son côté plus actif que Mary-Jane et sa relation avec Peter. Rhys Ifans fait un bon adversaire ayant des buts à la fois personnels et professionnels. J’ai beaucoup aimé son interprétation avec un final que j’apprécie beaucoup. Tante May de son côté apparaît sympathique, femme fragile, inquiète, aimante et brisée.

Gwen Stacy et Peter Parker

Une relation pas toujours facile et justifiée…

En ce qui concerne les passages clés des origines de Spider-Man, j’ai apprécié la mort de Ben (ça fait un peu bizarre dis comme ça) où on comprend parfaitement où se situe la culpabilité de Peter, pourquoi il finit par devenir ce qu’il est. Grâce au côté « moralisateur » d’oncle Ben qui applique ce qu’il prône et grâce à l’interprétation de Andrew Garfield, j’ai trouvé logique sa volonté de devenir Spider-Man. La fin est à moitié cliché moitié bien faite bien que la plupart des gens (et moi-même) auraient surement voulu un final plus Amazing!^^ Après tout, bien qu’on aime le déroulement des feux d’artifices, le bouquet final doit en mettre plein la vue! 😉

Niveau réalisation, c’est correct. Les scènes intimes ou tournés vers le côté adolescent sont pas mal du tout, intimistes, émotionnellement intéressant. Les scènes d’actions mériteraient plus de punch. J’ai aimé quelques scènes clairement très sympathiques dans l’idée notamment une que l’on voit dans la bande-annonce où Spidey se plaque contre la vitre, frôlés de près par une immense tour dégringolante. Les effets spéciaux sont plus que corrects hormis pour le visage du Lézard qui est un peu étrange. On n’a pas du tout l’effet museau du comics mais plutôt un aspect très humain. Surement une volonté de réalisme dans la transformation.

Rhys Ifans incarne le Lézard

Un adversaire dont on comprend la motivation et la descente dans la folie

Donc, on repart sur de nouvelles bases. Il est difficile pour la plupart des gens d’oublier la trilogie de Raimi, ce qui est compréhensible vu le laps de temps court entre le dernier volet et le reboot mais comme d’habitude l’argent et la peur de perdre les droits en cas d’absence de nouveau film ont eu raison de la logique chez Sony. Marc Webb n’est surement pas le meilleur réalisateur à choisir pour ce genre de film (plutôt pas habitué au block-buster cf 500 jours ensemble) mais il a su montrer ses compétences dans les scènes intimistes. Andrew Garfield est clairement le point fort du film (et pour ces messieurs, Emma Stone) avec une bonne interprétation du monde Ultimate Spider-Man. J’aurais aimé que Spidey soit plus drôle, plus époustouflant, moins beau gosse et plus martyrisé et seul mais le film reste intéressant sur certains points et correct.

C’est pas les films de Sam Raimi, mais je pense que ce n’était pas le but du reboot. Il fallait montrer une autre facette de Spidey et bien qu’il y ait forcément des redites, on aborde également d’une autre manière ce héros si sympathique. Pour ma part, j’espère vraiment qu’ils vont partir du côté de Ultimate Spider-Man car Bendis avait environ 10 idées par comics et ça vaut le coup d’en appliquer quelques unes! Personnellement, j’ai déjà des espoirs sur la suite et j’aimerais vraiment que cela se fasse… Mais si les scénaristes nous concoctent quelque chose d’encore plus fort, je ne dirais pas non.

Petite mention au caméo de Stan Lee qui est un des meilleurs que j’ai jamais vu! Excellent!^^

Publié dans Cinéma, Comics | Tagué , , | 4 commentaires

Chronicle ou l’inconscience de donner des pouvoirs à des ados…

              Mille excuses pour l’absence prolongée ! La faute au stage, au rapport de stage à préparer ainsi que l’oral puis essayer de se remettre de l’année ! Mais me revoilà ! Oui vous pouvez me jeter des pierres, mes amis  *mais je vous les renverrais, hein, faut pas déconner, ça fait mal !*.  J’ai cent articles en tête ! Ne sachant par lequel commencer, je vais débuter par le truc le plus récent que j’ai vu : le film Chronicle ! De week-end chez mon ami Poulpito que je salue (Poulpito, si tu me lis, merci encore pour ce très sympathique week-end !), j’ai eu l’occasion de voir enfin ce film que j’avais fortement eu envie de découvrir au cinéma. Empêchée par le manque de temps, voilà que je découvre ce film fait par un réalisateur débutant : Josh Trank.  Here we go !

                Chronicle, si vous n’en avez pas entendu parler, c’est l’histoire de trois adolescents plus ou moins bien dans leur peau qui par un mystère encore bien mystérieux après avoir vu le film, se retrouve avec le même pouvoir : la télékinésie. Autant dire que rien qu’avec ça, ils ont de quoi faire. Parmi les points forts du film, il est à noter le côté ancrage dans la réalité très présent malgré la présence du fantastique que sont les pouvoirs. Comment s’opère cet ancrage ? Une grande part de ce rendu vient de la réalisation qui a fait le parti pris de la Steadicam (enfin si  on veut !^^). Très à la mode et souvent mal utilisé, ici elle trouve une justification très intéressante et plausible. Cela donne vraiment un côté très réel à l’histoire mais également assez intime sur la vie des personnages principaux puisqu’on s’immisce dans leur quotidien, pas toujours reluisant.

Chronicle Essai des pouvoirs

Et oui, un ado normal ne va pas tout de suite enfilé une cape s’il a des pouvoirs. Il va les tester, s’amuser avec…^^

                Non seulement, la Steadicam bien utilisée donne un aspect réalité au film mais grâce aux pouvoirs des jeunes gens, elle permet des plans très fluides, très intéressants et variés. Sûrement l’une des meilleures utilisations de Steadicam que j’ai eu l’occasion de voir. Et pour les plus frileux, on est loin de ces films où les mouvements trop secoués de la caméra nous donne envie de vomir. Là, c’est parfaitement contrôlé. Bon bien sûr, le film n’est pas composé que de Steadicam : il y a quelques plans où la caméra est fixe ou des plans normalement filmé avec les appareils habituels mais même ces plans sont originaux, inhabituels et nous immerge dans l’histoire.

Andrew et Steve dans le film Chronicle

Andrew manipule en permanence la caméra avec ses pouvoirs, ce qui donne des plans très fluides et tout à fait justifiés.

                Parlons de l’intrigue maintenant. On est loin des intrigues super-héroïques. On se rapproche encore de la réalité ici. Que ferez des adolescents s’ils se découvraient des pouvoirs ? De la découverte aux essais des pouvoirs, de la réflexion à la démesure, le réalisateur évoque tous les aspects. Certains moments sont drôles, d’autres carrément effrayants. Le tout est vraiment traité sans complaisance ni facilité ni de façon tragique. On sent vraiment le portrait de l’adolescence : le côté paumé, le côté dur, la souffrance mais également le côté optimisme et foi en l’avenir, les projets et les rêves espérés. On sent le côté extrême souvent propre aux ados.

                J’ai beaucoup apprécié le film car il y a plusieurs ambiances et chacune n’entre pas en conflit avec les autres. Bien qu’il y ait des passages terribles et dramatiques, les scènes comiques apporte de la légèreté et ne font pas tâches. De même que la bataille épique de la fin ne vient pas enterrer le côté intimiste de certains passages car elle est l’expression des sentiments trop explosifs longtemps contenus d’un des personnages. Les raisons qui le poussent à faire un mauvais usage de ses pouvoirs est clairement expliqué dans le film et est justifié.

Chronicle Scène dans les airs

Des ados normaux qui jouent au football américain… de façon presque normal… au-dessus des nuages

                Niveau effets spéciaux, on peut dire que c’est clairement bluffant. Rien d’innovateur mais c’est clairement haut de gamme pour un premier film ! Certaines scènes sont juste magiques et tellement réalistes ! Les acteurs sont très justes, sachant renvoyer le mal-être de certains adolescents, montrer leur difficulté sans tomber dans le pathos (bien que certains personnages aient de sacrés problèmes dans leur vie).

                Un seul petit défaut à ce film et encore, c’est que certaines choses nécessiteraient davantage d’explication et que Andrew a parfois des idées un peu stupide. La plupart des gens auraient trouvé un autre moyen que celui qu’il a pensé pour SPOILER  aider sa mère à s’en sortir mais on peut se dire qu’il souhaitait vraiment se défouler, se venger de ce qu’ont lui avait fait subir FIN DE SPOILER.

La bataille aerienne de Chronicles

Faut pas faire chier un ado mal dans sa peau… enfin surtout pas s’il a des pouvoirs…

Au final, ce fut un très agréable film, qui sort du lot, sans non plus tomber dans le pathos, le non-réalisme ou encore sans exploiter trop de pistes pour au final ne pas les exploiter correctement. Je regrette de n’avoir pas eu le temps d’aller le voir au cinéma bien que les conditions dans lesquels je l’ai vu été optimal.  Je suivrais de près les prochains projets du réalisateur, car clairement le film est très bon entre autres choses par les excellentes idées de réalisation. Il n’est pas étonnant de voir qu’on se presse autour de lui pour réaliser des films de super-héros telle que la rumeur le prétend! Bientôt sur les 4 Fantastiques? Cela ne me dérangerait pas! A suivre! =)

ERRATUM : comme me l’a fait remarquer un de mes amis, il ne s’agit pas de Steadicam mais de Found footage notamment utilisé dans le Projet Blair Witch ou encore REC. Terme que je ne connaissais pas! On en apprend tous les jours! ^^ =)

Publié dans Cinéma | Tagué , , | 5 commentaires

Bienvenue dans le monde merveilleux du JDR partie 2 =)

Place à  une interview de Mika, MJ de son propre univers med-fan, riche et complexe et qui fait jouer la plupart de mes amis geeks depuis des années? Et ils en réclament chaque semaine les gredins!^^ Bonne lecture!

__________________________________________________________________

  • Comment tu gères la mort dans tes JDR ? Préfères-tu faire mourir les PJ de temps en temps ou au contraire, tu les protèges jusqu’au bout ? Pourquoi préfères-tu cette méthode ?

Je ne préfère rien. Les PJs se débrouillent très bien pour se tuer tout seul. Néanmoins, cela ne m’empêche pas de les protéger d’eux-mêmes en début de partie. Par contre, si l’on prend la question dans le sens : permets-tu aux joueurs de mourir ou t’arrangeras-tu pour que personne ne meure ? Je répondrai sans hésiter que je m’arrangerai pour que les joueurs soient conscients des erreurs qu’ils font, et qui pourraient les amener à mourir. Ça, c’est la réponse ambiguë qui signifie : je dis attention, mais je ne dis pas comment faire pour s’en sortir, et si malgré ça le joueur persiste, advienne que pourra.

D’une manière générale, ce que j’appelle « erreur », ce sont les décisions des joueurs qui ne dépendent pas de moi et qui peuvent les conduire à la mort. En gros, les joueurs sont responsables de leur mort .

  • Quels sont « tes trucs » pour maintenir l’attention de tes PJ ? Comment tu mets l’ambiance ?

Très bonne question… pas assez de recul malheureusement. Le mieux serait encore de leur demander directement.  J’imagine que le fait d’avoir un univers très riche aide à se mettre dans « l’ambiance », à condition d’arriver à faire ressentir ses subtilités aux joueurs.

  • Ce n’est pas facile de commencer un JDR notamment la réunion de tous ces personnages… Tu aimes cette partie du JDR ? Comment fais-tu pour les réunir ?

Il est certain que ce n’est pas la partie la plus facile du jeu de rôle, mais je l’adore. La mise en route demande toujours un peu de doigté. Pour ma part, ce « doigté » consiste en un concours de circonstances semi-abracadabrantes, et complètement chaotiques. Tu prends les « backgrounds » de tous les joueurs, tu imagines le scénario le plus improbable, et paf ! Tu tiens Le truc qui va peut-être les lier pendant disons… quelques temps. Et d’ici que ce temps soit écoulé, ils auront, avec un peu de chance, trouvé d’autres raisons de rester ensembles.

  • Comment faites-vous pour mêler rôlistes confirmés et rôlistes débutants sur une partie ?

Un rôliste confirmé ? Non, connais pas. Plus sérieusement, j’ai tendance à considérer tout joueur comme étant débutant, dès lors qu’il arrive dans un univers qu’il ne connaît pas. Donc prenons le cas où certains joueurs connaîtraient l’univers en question, et que d’autres ne le connaîtraient effectivement pas. Il est certain qu’il faut accorder un peu plus la parole aux débutants, et demander aux confirmés de ne pas monopoliser le temps de parole. Ce « un peu plus », doit vraiment être d’un ordre relativement petit, le tout étant de ne mettre personne à l’écart.

  • Comment gères-tu les mésententes, les conflits que vous pouvez avoir avec vos PJ/ que vous pouvez avoir avec votre MJ / que vous pouvez avoir avec votre équipe de PJ ?

Je fais la gueule et j’attends que ça se calme. Du moins, j’imagine que je ferai ça dans un premier temps, puisque le cas ne m’est jamais arrivé. Dans un second temps, je bâillerai nonchalamment, je prendrai mes cliques et mes claques, et je me casserai. Si les gens n’arrivent pas à se maîtriser, passé un certain âge, ce n’est pas moi qui irais leur faire la morale.

  • Quelles sont les qualités qu’il faut pour jouer à un JDR ?

Je me suis demandé si je devais vraiment répondre à cette question, puis, je me suis dis que j’allais le faire ; par instinct du vice. L’unique qualité qu’il faut pour jouer à un JDR, c’est avoir envie de se laisser prendre par le jeu. Je n’en vois pas d’autres, ou bien découlent-elles toutes de cette première.

  • Quelles sont les qualités qu’il faut avoir pour mener une campagne ? Un one-shot ?

Concernant le « one-shot », je ne pense pas pouvoir m’exprimer autrement qu’en disant : avoir des qualités que je n’ai pas. Mon plus petit « one-shot » a duré près de onze heures, je ne suis pas réputé pour ma brièveté.

  •  Que ne faut-il surtout pas faire dans un JDR ?

Gueuler et chercher à tout prix à prendre la parole.

  • Une anecdote à partager ? (épique, drôle, pire souvenir, meilleur souvenir)

J’ai connu un barde qui a commencé la partie en… sylvain. Vous avez déjà vu un arbre chanter ? Eh bien, c’était joli à voir. Or, voilà que ce sylvain, en cours de partie, se fait avaler par une boule de poils géante (sorte de créature immortelle et chaotique, à ne surtout pas contrarier). Faute de mourir, il finit par ressortir de la boule de poils après avoir été métamorphosé en nymphe par les sucs gastriques. Là, la boule de poils s’attache à cette nymphe, et décide de devenir sa « maman ». Et voici que le sylvain barde devenu nymphe se retrouve confiné sur une île, et dorloté par une vraie mère poule, qui fait fort de lui tisser des vêtements avec ses poils indestructibles. Et lui qui rêvait de devenir célèbre…

  • Tu as un genre préféré (mediéval, futuriste, contemporain…) ?  Un système de règle préféré ?

Je m’accommode parfaitement avec tous les genres. Un système de règle avec plein de liberté oui, c’est comme ça que je les aime. Tout ce qui est codifié, et jusqu’aux dés eux-mêmes, n’est pas censé – à mon sens – être une entrave à l’imagination et aux libertés du joueur. Tout cela ne sert qu’à faciliter les débuts de jeu.

  • Lorsque tu es PJ, quelle classe t’attire le plus ? Quel type de personnage aimerais-tu jouer ?

Je ne suis pas très attaché aux classes en elles-mêmes, je pense que ce qui est intéressant à jouer, ce qui fait le « fun », c’est le comportement du personnage que l’on veut jouer. Et c’est là que la classe entre en jeu, en fonction du caractère que l’on prétend avoir. J’adorerai jouer un barde manchot, aphone et misanthrope : ça serait fun.

  • Quelle qualité/A quoi faire attention quand on joue telle ou telle classe ?

Dans tous les cas, il faut faire attention à être crédible dans ces actions par rapport à la ligne de conduite que l’on a déterminée. Prenez un sorcier qui décide de ne se battre qu’avec une épée, ça restera toujours crédible s’il s’explique ainsi : « Personne ne mérite d’avoir affaire avec ma magie. Qu’on me mette en difficulté, et là nous en reparlerons sur un autre ton. »

  • Quel type de personnalité de joueur n’aimes-tu pas ? Et au contraire, avec quel type de joueur aimes-tu jouer ?

Je préfère les gens qui savent dire : « Moi je… », plutôt que de rester dix minutes à se demander si c’est vraiment à eux qu’on parle. Le mieux bien entendu, c’est sont les joueurs qui disent « Moi je… » puis qui redistribuent la parole en disant « et toi qu’est-ce que tu… ». C’est toujours agréable que les joueurs interagissent entre eux. Ca laisse le MJ se reposer, et surtout, ça lui évite de se répéter éternellement avec des trucs du genre : « Bon maintenant, que faites-vous ? »

  •  Comment fait-tu pour équilibrer les groupes ? Rendre plus attirantes certaines classes ?

Il n’y a pas à équilibrer les groupes, mais à adapter la difficulté des évènements en fonction du groupe. Sinon, je n’ai pas pour vocation de rendre plus ou moins attirantes certaines classes, façon marchand de poisson. J’essaie de rester assez neutre pour qu’aucune classe ne soit lésée dans mes propos.

  • Un projet niveau rôlistique ? Un JDR que tu aimerais rejouer/découvrir ? Un type de personnalité que tu aimerais jouer ?

J’aimerais tenter de faire un JDR sans dé, avec des crayons de couleurs et des crayons à papier. Quelque chose sans classe, sans race, sans tout le système de caractéristiques ordinaires… Sans univers même. J’ai déjà une petite idée de la chose… mais quant à la mettre en pratique, ça sera une autre histoire.

  • Quelle personnalité te semble la plus difficile à jouer ? Comment crées-tu la personnalité de ton personnage, ses stats, etc ?

Le plus dur pour moi, c’est de jouer quelque chose que je n’aime pas ; ce qui peut arriver avec des pré-tirés, ou lorsqu’on se fait une mauvaise idée de ce que l’on croit avoir choisi.

La plupart du temps, je me contente de créer un truc hybride façon recette Maïté : un peu de ceci, un chouille de chouette, plus du renard, et op : un piranha vert à poil court ! Il faut que ça paraisse dément ! (Et totalement ingérable pour le MJ…)

Pour ce qui est des stats, je ne pense pas qu’il y en ait certaines plus utiles que d’autres, dans un JDR bien équilibré. Tout à son importance, après c’est une question de priorité.

Merci pour cette interview, Mika, original à souhait! =)

Et vous, des anecdotes drôles, incroyables, tristes à raconter? =)

 

Publié dans Jeu de rôle | Tagué , , , , | 5 commentaires